Apollon: de l’arc à la lyre

TitleApollon: de l’arc à la lyre
Publication TypeBook Chapter
Year of Publication2001
AuthorsMonbrun, P
EditorBrulé, P, Vendries, C
Ancient AuthorsHymni Homerici Hymn. (TLG 0013), Homerus Epic. (TLG 0012), Pindarus Lyr. (TLG 0033)
Book TitleChanter les dieux: musique et religion dans l’Antiquité grecque et romaine
Pagination59-96
PublisherPresses Universitaires de Rennes
CityRennes
ISBN9782868475985
Abstract

À peine né, Apollon proclame siens la lyre et l'arc (Hymne homérique à Apollon, v.131). Une très étroite parenté lie, en pays grec, ces deux attributs emblématiques du dieu. À la fin du chant de l'Odyssée (v.404-411), l'archer Ulysse est un musicien qui joue de son arc comme d'un instrument de musique. À l'inverse, les images de Pindare font du poète un archer et de sa lyre un arc. L'ethnomusicologie nous apprend que la parenté entre ces deux instruments à bras et à cordes, sous-tension, sonores et musicaux, a une dimension universelle. On 'joue' de l'arc à flèches, et son frère l'arc musical, le plus simple et le plus ancien cordophone connu, est de lointain ancêtre des instruments de musique à cordes. L'arc et la lyre, par leur morphologie et leur facture, par leur maniement et leur conduite de retournement, illustrent aussi, chez Héraclite, le principe très apollinien de la palintropos harmoniè (fr. 51 DK). Dans l'espace hellénique, c'est semble-t-il en Crète, pays de l'arc, de la cithare et du palmier-dattier (phoinix) que cette parenté s'inscrit particulièrement. Ainsi, sur les bords de l'Égée, le dieu musicien est un archer, l'arc et la lyre sont parents proches. Cette association n'a rien de fortuit. Elle remonte loin dans le temps, à la première vibration sonore d'une corde tendue sur une pièce de bois flexible. [Résumé, 96]

Site information

© 2007-2012 MOISA: International Society for the Study of Greek and Roman Music and Its Cultural Heritage


Site designed by Geoff Piersol and maintained by Stefan Hagel
All rights reserved.